Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 30/04/2021

Lieux Saints Partagés (29 avril 2015-31 août 2015)

Cette exposition s'intéresse à la question des identités religieuses, en abordant les phénomènes de fréquentation des mêmes sanctuaires par les fidèles des trois monothéismes. Une façon de questionner le fait religieux sous plusieurs angles et de multiples regards, en empruntant des "chemins de traverse"à La librairie vous propose avec cette sélection qui s'adresse aussi bien aux adultes qu'aux enfants, des pistes de réflexions dans la continuité de l'exposition. Il existe énormément de livres autour de la thématique des religions et des terres saintes, en dehors de ceux que nous avons choisis dans cette sélection vous pourrez donc retrouver beaucoup d'autres titres dans notre rayon sciences humaines !

Pour plus d'informations : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/lieux-saints-partages

  • Lieux saints partagés

    Collectif

    La question des identités religieuses est l'une des plus sensibles parmi celles qui se posent au «vivre ensemble» en Méditerranée. De ce point de vue, la mer Intérieure semble être l'espace de la séparation et du conflit. Certaines conclusions rapides viennent conforter ce constat. On assiste ainsi à un durcissement des registres d'incompatibilité que proposent les religions monothéistes dans la conception de leurs rapports réciproques : à chacun son Dieu, ses écritures, ses saints. Les échanges se déclinent, au pire, sous la forme de guerre de religions et de choc des civilisations, au mieux, sous celle de dialogues érudits, laborieux et souvent stériles.
    Ce catalogue pose un regard différent sur les comportements religieux des populations méditerranéennes et met en évidence l'un des phénomènes les plus intéressants - et aussi parmi les plus méconnus - de la région, à savoir le partage, l'échange entre communautés religieuses. Il focalise son attention sur des situations de contact dans lesquelles des lieux et des figures de la sainteté mettent en communication des traditions distinctes. Sans tomber dans la rhétorique creuse du «dialogue des cultures et des religions», il semble important de montrer que la distanciation et la détestation de l'autre ne sont pas des modalités nécessaires de l'interaction entre les religions en Méditerranée. On comprend ainsi que, lorsque le religieux est saisi au ras du vécu, dans les interstices des pratiques quotidiennes, il en ressort parfois une interpénétration des traditions et des cultes, sous l'oeil tantôt compréhensif, tantôt vindicatif des «gardiens du temple».
    Ce livre essentiel, très richement illustré, propose donc au lecteur un périple méditerranéen inédit autour de figures et de lieux de culte partagés par les trois monothéismes, constatant qu'au long des siècles, là où des populations religieusement distinctes se côtoient dans le pourtour méditerranéen, des dévotions partagées voient le jour. Peu éclatantes et souvent silencieuses, ces circulations interreligieuses représentent pourtant une sorte de base continue, derrière le tumulte des croisades et des guerres de religion.
    L'objectif principal est de faire connaître à un large public ces phénomènes méconnus qui concernent pourtant, hier comme aujourd'hui, des millions de personnes autour de la Méditerranée. En fournissant des clés de lecture sur le monde contemporain, le lecteur parvient à discerner le poids des enjeux politiques enchevêtrés au religieux. À travers des lieux, des figures et des pratiques, cet ouvrage est conçu comme une invitation à parcourir cette Méditerranée des marges et des frontières.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Ce livre fait découvrir un phénomène religieux très présent en Méditerranée et pourtant encore fort peu connu : la fréquentation des mêmes sanctuaires par des fidèles appartenant à des groupes confessionnels différents.
    La mixité, cette aberration pour tout intégrisme, s'avère être un phénomène traditionnel, surtout dans les régions orientales du Bassin, là où les populations ont su s'adapter depuis de nombreux siècles à une vie politique et religieuse instable. Loin d'être des ensembles monolithiques, les religions apparaissent en effet «traversées». Ce livre en est une éclatante illustration.

    Sous la direction de Dionigi Albera et Maria Couroucli. Avec des textes de Bojan Baskar, Glenn Bowman, Henk Driessen, Benoît Fliche, Sandrine Keriakos, Catherine Mayeur-Jaouen, Anna Poujeau, Gilles de Rapper et Galia Valtchinova.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Le réveil des Sept Dormants

    Manoël Pénicaud

    • Cerf
    • 30 Décembre 2014

    Le pèlerinage des Sept Dormants est l'une des premières oeuvres de dialogue islamo-chrétien en France. Dès 1954, l'islamologue Louis Massignon greffait, pour « une paix sereine en Algérie », cette rencontre sur une fête patronale bretonne (pardon) dédiée aux Sept Dormants d'Éphèse, aussi connus en islam sous le nom des Ahl al-Kahf (Gens de la Caverne).
    Basée sur des archives inédites, cette enquête plonge dans la fabrication du pèlerinage « en train de se faire » et dans les coulisses de l'hétérotopie de Massignon : son utopie réalisée et localisée dans l'espace. Ainsi découvre-t-on le professeur au Collège de France en « entrepreneur de l'interreligieux ».
    Puis, l'ethnographie contemporaine révèle une autre facette du phénomène des lieux saints partagés par des fidèles de religion différente. Bien que pensé pour le dialogue, ce pèlerinage n'est pas exempt d'ambiguïtés, notamment envers l'islam qui, malgré l'ouverture et l'altruisme affichés, demeure « une religion invitée dans un pèlerinage inventé ». C'est aussi un espace hétérogène où se croisent Bretons, militants du dialogue, massignoniens, agnostiques, touristes, néo-Celtes et autres New Agers. Après avoir été « déverrouillé » par Massignon, le sanctuaire est devenu l'épicentre d'un pèlerinage inclusif.
    Soixante ans après la fondation de ce pèlerinage inattendu, cet ouvrage donne un éclairage saisissant sur les relations islamo-chrétiennes en France et sur la problématique générale du vivre ensemble aux xxe et xxie siècles.

  • Orientaliste, titulaire de la chaire de sociologie musulmane au Collège de France, Louis Massignon respecta et renouvela la tradition d hospitalité savante des études arabes, iraniennes, turques, en révélant au public occidental les richesses de la spiritualité musulmane. Rien de l islam ne lui était étranger : religion, mystique, philosophie, art, rituels, folklore et langues classiques ou vulgaires. Lire ses études sur le monde musulman est aujourd hui encore la meilleure façon de comprendre l islam, sans adhésion aveugle mais sans les voiles que nos préjugés interposent entre islam et conscience occidentale. Cette rage de connaître ne pouvait se perpétuer sans l universalité d une vocation. Massignon, par son intransigeante foi chrétienne, s ouvrit aux horizons du monde. Il se voulut l interprète de notre temps, qu il conçoit comme le moment critique de l Histoire, en déchiffrant les signes de notre destination spirituelle dans les figures de justice, d amour, d abnégation, de Jeanne d Arc à Gandhi, de Fatima à Judah Leon Magnes, qui préparent la réconciliation de l humanité, à Jérusalem. Cette attente vibrante de l Esprit soutient une activité militante ardente en fraternité avec tous les exclus, les victimes des puissances étatiques, les humiliés et les offensés.

  • Louis Massignon (1883-1962) fut à la fois un remarquable spécialiste de l'Islam et du monde arabe, un agent d'influence du Quai d'Orsay et un intellectuel engagé dans toutes les batailles du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.
    Indéfectible patriote, comme son plus farouche adversaire Lawrence d'Arabie, il milita très tôt pour l'indépendance de l'Algérie. En privé, le personnage se révèle tout aussi complexe et passionnant : catholique au mysticisme fervent, il demandera notamment à être ordonné prêtre selon le rite melkite.

    Sur commande
  • Dieu, une enquête

    Katell Berthelot

    Judaïsme, christianisme, islam : trois religions nées d'une même souche, et qui ont entre elles un air de famille ; trois religions qui, parce qu'elles sont aujourd'hui au coeur des grandes questions sociétales et géopolitiques, façonnent notre monde.
    Comme elles nous entourent et nous sont familières, nous savons un certain nombre de choses à leur sujet. Nous constatons que, si elles divergent voire s'opposent sur bien des points, d'autres traits les rapprochent ; mais où passent réellement les lignes de partage ? Pour la première fois, ce livre décrit et compare les pratiques et les représentations des juifs, des chrétiens et des musulmans, en nous invitant à poser sur elles un regard nouveau. Tous les fidèles ne prient pas dans la même posture, ni dans les mêmes lieux ; mais priera-t-il le même sens à la synagogue, à l'église et à la mosquée ? Un musulman se réfère-t-il au Coran de la même façon qu'un juif lit le Tanakh, ou un chrétien la Bible ? Quels interdits alimentaires juifs et musulmans partagent-ils ? En quoi les calendriers des uns et des autres diffèrent-ils, et pour quelles raisons ?
    Afin de combattre les idées reçues, une équipe internationale d'historiens et d'anthropologues des religions a mené l'enquête ; par cette somme unique, ils mettent à la disposition de tous la pointe du savoir sur les trois grandes religions monothéistes. Du fervent pratiquant à l'athée convaincu, chacun y trouvera une précieuse source de connaissances et, surtout, matière à réflexion.

  • C'est d'une aventure humaine hors du commun qu'il est question ici : celle des trois grands monothéismes, ensemble de gestes civilisationnels qui ont forgé l'identité de nombreuses sociétés. Trois religions pluriséculaires qui contribuent toujours à donner un sens au monde contemporain, mais aussi à entretenir ses pires tourments, au Proche-Orient et ailleurs.
    Dans ce livre nourri d'une longue fréquentation des textes fondateurs, Isy Morgensztern propose une approche comparative inédite des trois monothéismes, conçus d'abord comme des projets de société, qui ne peuvent être étudiés séparément si l'on cherche à les comprendre. Après avoir présenté ce qui constitue le fond commun des trois religions, puis leurs principaux livres, l'auteur explicite leurs réponses fort terrestres et souvent très différentes à quelques grandes questions : comment trouver le bonheur ? Avec quelles armes combattre le mal ? Quel doit être le statut de l'Autre ? Quels rapports nouer avec la terre et le vivant ? Ce livre tente ainsi d'aborder les trois monothéismes de manière féconde et rationnelle, avec l'espoir qu'ils puissent tenir une place apaisée au coeur de nos sociétés.

    Sur commande
  • Une interrogation traverse ce livre : les trois courants monothéistes - islam, judaïsme, christianisme - pourraient-ils un jour se supporter, se pardonner, non parce qu'ils relèvent du même dieu et qu'ils sont " frères " (ce genre de fraternité produit plus de guerres que d'accords, plus de déchirements que d'ententes), mais parce qu'ils reconnaîtraient en eux le même type d'infidélité à ce qui les fonde ? chacun se reconnaîtrait enfant du même manque orignel, marqué d'une faille à l'origine, une faille qui n'est imputable à personne, en tout cas pas au voisin.
    Elle est intrinsèque à l'humain, et d'autres humains hors du champ religieux l'affrontent comme ils peuvent.
    Ce que les trois monothéismes font de leur origine - et de celle des autres - est toujours une énigme : en en démêlant sans concession mais toujours avec respect les fils et les enjeux, d. sibony renouvelle profondément l'intelligence de ces religions, de leurs rpaports entre elles et avec le monde moderne.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Le judaïsme, le christianisme et l'islam partagent la même croyance en un dieu unique. Leur héritage a façonné notre civilisation. Reprenant quatre numéros - actualisés par leurs auteurs - de la Documentation photographique, cet ouvrage propose une histoire scientifique et critique des trois religions monothéistes qui comptent plus de 3 milliards de fidèles dans le monde. C'est un document utile dans la recherche d'une meilleure compréhension de ces religions.

    Sur commande
  • L'Islam

    Collectif

    Cet ouvrage se veut un instrument d'approche de tous les aspects de lIslam (historiques, théologiques, artistiques, sociaux, etc.) et un guide précis sous forme de chapitres facilement consultables, enrichis de nombreuses illustrations expliquées et commentées en détail. Les textes de présentation visent en particulier à être objectifs et complets, et ils tiennent compte de tous les aspects théologiques, doctrinaux, liturgiques, ésotériques. Enfin, la rigueur scientifique à laquelle s'attache l'auteur permet une présentation simple et pédagogique, adaptée à un vaste public qui ignore parfois tout de ces sujets. Conformément à l'esprit de la collection, ce volume est divisé en plusieurs parties. Les quatre premières « Les origines et l'évolution », « Les confessions et les courants », « La théologie », « Les pratiques » exposent de manière aussi claire et complète que possible les caractéristiques fondamentales de la religion, et la cinquième « Les conquêtes de l'esprit » est consacrée à l'apport spécifique de l'Islam dans les domaines culturels, scientifiques, artistiques et, plus largement, humains. Dans les « Annexes », le lecteur trouvera une carte de la diffusion actuelle de l'Islam dans le monde, un tableau de la translittération en caractères latins et de la prononciation de l'arabe, la liste des quatre-vingt-dix-neuf noms de Dieu dans le Coran, une présentation succincte des principaux musées conservant des collections d'art islamique, une orientation bibliographique et un index général.

  • Comme toutes les religions abordées dans cette collection, le Judaïsme est abordé d'abord à travers ses origines et sa diffusion, à travers ses confessions et la théologie ensuite à travers sa pratique et sa liturgie. Toutes les illustrations sont commentées.

  • Avec le retour dramatique de l'islam sur la scène de l'histoire contemporaine et la revendication du Coran par toutes sortes de courants religieux, spirituels ou politiques, ce dictionnaire répond à une exigence intellectuelle, mais aussi à une nécessité politique. Il est indispensable aujourd' hui de connaître l'islam, à la fois religion, culture et civilisation. La première étape de cette démarche étant une connaissance sereine, distanciée et rigoureuse du Coran, Livre saint des musulmans et clé de compréhension des questions aussi capitales que la foi, la pensée, les mentalités, l'histoire ou encore la morale et la spiritualité de ces derniers. Prolongement original des Écritures saintes juives et chrétiennes et texte fondamental d'une religion qui fut chaîne de transmission entre Orient et Occident, d'une culture qui relia la Grèce antique à l'Europe, d'une civilisation qui marqua pendant de nombreux siècles de l'Inde jusqu'en Espagne et en Sicile, le Coran fait indéniablement partie du patrimoine spirituel universel.

  • Moïse, roi des prophètes et prophète-roi dans la tradition juive, figure de la Loi dans le christianisme, tient une place tout à fait centrale dans l'islam également. Le Coran le mentionne à 502 reprises, plus que n'importe quel autre prophète, et relate sa geste en détail. C'est notamment lui qui, lors du voyage céleste de Muhammad, aida ce dernier à « négocier » avec Dieu le nombre de prières journalières.
    Mais si le Moïse musulman peut être compris comme une préfiguration de Muhammad, il est bien plus encore dans la tradition soufie. Celle-ci fait de la chaîne des prophètes depuis Adam un motif essentiel de l'histoire mystique de l'humanité, au sein de laquelle la figure de Moïse constitue un pivot.
    /> Au travers notamment de l'oeuvre majeure d'Ibn 'Arabî, « le plus grand maître (al-shaykh al-akbar) », Faouzi Skali nous dévoile comment Moïse peut être pour chacun de nous, aujourd'hui encore, un modèle de vie spirituelle, et à quel point l'islam, en particulier dans son aspect mystique, s'inscrit dans la fidélité aux messages qui l'ont précédé.

    Sur commande
  • Bien que les intégristes musulmans persistent à l'ignorer, Jésus tient une place centrale dans la spiritualité islamique : il est perçu comme le « Sceau de la sainteté » de même que Mahomet est le « Sceau de la prophétie ». Pour le soufisme, il est le modèle du maître spirituel et de l'amitié intime avec Dieu. Faouzi Skali et Eva de Vitray Meyerovitch, deux des plus grands spécialistes francophones du soufisme, rapprochent ici Evangiles, Coran et textes mystiques de Rûmi ou d'Ibn Arabi. Ils nous dressent le portrait étonnant d'un Jésus initiateur aux mystères de l'amour divin. Cet essai, qui fut la seule collaboration entre ces deux auteurs et qui est ici présenté dans une édition fortement augmentée (première édition : Editions de l'Ouvert, 1985), s'attache également à la figure de Marie et de Jean Baptiste et explore les idées de prophétie, de sainteté et de miracle dans la tradition spirituelle de l'islam. Le dialogue incessant des monothéismes trouve ici une de ses expressions les plus belles et les plus actuelles.

    Sur commande
  • Juifs en terre d'islam

    Bernard Lewis

    Ce livre est consacré aux relations entre l'Islam et les Juifs du VIIe au XXe siècle. L'auteur y étudie les différents aspects des relations entre Juifs et musulmans : perception d'autrui, attitudes collectives, doctrines religieuses. Il y a eu une culture judéo-arabe, comme l'attestent certains dialectes : la littérature, l'art et la musique.
    Historien et islamiste, Bernard Lewis a su restituer ce que furent, au fil des siècles, la vie et le destin des communautés juives en pays d'Islam ; Afrique du Nord, Moyen-Orient, Perse, Espagne arabe. Utilisant les récits de voyageurs, la correspondance des diplomates, les documents officiels, ce livre fait revivre dans sa variété et sa richesse un chapitre de l'histoire des relations entre Juifs et musulmans.

    Sur commande
  • L'histoire du Christianisme et de l'Islam est-elle marquée dès les origines par l'incompréhension ? C'est là  une évidence pour Richard Fletcher : au Moyen à‚ge, les relations entre Chrétiens et Musulmans se caractérisent par l'échec persistant des tentatives de compréhension mutuelle. C'est en conquérants que les Musulmans apparurent d'abord aux Chrétiens, et c'est donc comme essentiellement belliqueux que l'Islam est représenté par l'Occident. En outre, pour les Chrétiens de l'époque, il ne pouvait s'expliquer que comme une forme aberrante du Christianisme.
    Mahomet était un pseudo-prophète, un imposteur et un hérétique. Les Musulmans, de leur côté, étaient intimement convaincus d'avoir été choisis pour recevoir l'ultime révélation divine. D'où leur mépris pour le monde chrétien, qui, vu de Bagdad, en 900 par exemple, constituait un fouillis de sectes confuses et de monarchies insignifiantes. La communauté islamique avait pour elle, sans rival, la richesse, le savoir, la culture et la foi. Richard A. Fletcher (1944-2005)Il a enseigné l'histoire du Moyen à‚ge à  l'université de York. Il est l'auteur de A la recherche du Cid (A.
    A. Knopf, 1990) et de La Conversion de l'Europe : du paganisme au Christianisme (University of California Press, 1999). La Croix et le Croissant est son premier livre traduit en français.

  • Les " Chrétiens du monde arabe ", minorités en pays d'Islam, vivent aujourd'hui dispersés entre six Etats du Proche-Orient.
    Ils appartiennent au lointain héritage du christianisme antique. L'image de l'archipel s'applique bien à leur univers, caractérisé par l'étroitesse des groupes, la multiplicité des lieux d'implantation et la variété des genres de vie. Cet ouvrage fait escale en Egypte au Moyen Age, à Alep au XVIIIe siècle, en Jordanie et en haute Mésopotamie entre 1900 et 1930, ainsi qu'en Egypte, au Liban et en Palestine.
    Chaque étape est l'occasion d'évoquer et de discuter d'une part la question de l'érosion chrétienne et des conversions à l'islam après la conquête arabe, d'autre part la situation d'infériorité, voire d'oppression, réservée par l'Islam à ses " protégés ". Mais il ne faut pas s'en tenir à la figure de victime perpétuelle des chrétiens arabes. Au contraire, ils ont été et sont encore des acteurs dynamiques d'un monde dont ils partagent la langue et la culture.
    Ils ont su jouer des rouages des systèmes politiques et accéder à des postes de pouvoir. S'ils ont jeté des ponts entre l'Occident et le Proche-Orient, ils ont aussi été parmi les inspirateurs et les artisans de la " renaissance arabe " et de la conscience nationale arabe. Marginalisés par l'islamisation actuelle des sociétés et des Etats, ils réagissent par l'exil, mais aussi par une vive affirmation identitaire et un renouveau religieux significatif.

  • QUI SONT LES HOMMES DE DIEU - prêtres, moines, pasteurs, ulémas, soufis ou derviches ? La relation à Dieu suppose-t-elle de passer par des intermédiaires, des hommes (ou des femmes) de religion ? Si le clergé semble nécessaire à l'encadrement des communautés chrétiennes, qu'en est-il dans cette autre religion du Livre qu'est l'islam ? Sous l'intitulé général d'Hommes de Dieu, ce livre propose une série de regards croisés sur les histoires de l'islam et des différentes chrétientés (avant et après la Réforme).
    Les auteurs des contributions rassemblées, soucieux d'échapper aux singularités historiques, ont la volonté commune de se placer sur le terrain de la sociologie des religions et de mettre à l'épreuve la pertinence d'emploi des notions (fonction, charisme, hiérarchie, médiation) et des qualificatifs (religieux, lettré, ascète, consacré) propres à caractériser la " part " que les hommes et les institutions ont, tout au long de l'Histoire, choisi d'affecter à Dieu.

  • Vu du nord, l'islam paraît régner sans partage sur les sociétés du sud de la méditerranée. mais l'uniformité apparente remonte-t-elle à la nuit des temps?

    L'installation de l'islam dans l'orient arabe dura neuf siècles. ce ne fut pas, et de loin, une époque de coercition et de violences constantes. çà et là, le christianisme et le judaïsme survécurent et, plus d'une fois, prospérèrent. les accélérations du déclin des chrétientés locales coïncidèrent avec les irruptions de l'europe chrétienne. chaque confrontation se prolongea par un regain de fondamentalisme musulman: puritanisme almohade et premières victoires de la reconquista espagnole, intransigeance mamelouke et croisades, panislamisme du sultan abdul-hamid et humiliations maghrébines et balkaniques de l'empire ottoman, montée présente d'un néofondamentalisme islamique et création d'israël. ces poussées de radicalisation de l'etat et de la société s'accompagnèrent toutes d'un repli des minorités. une longue période cependant, les quatre siècles ottomans, vit le rebond succéder au déclin, en turquie comme dans l'orient arabe.

    L'histoire de cette coexistence confessionnelle offre-t-elle des pistes pour imaginer le futur?

    Youssef courbage est chercheur à l'institut national d'études démographiques (ined). longtemps expert des nations unies, il a effectué de nombreuses missions au moyen-orient et en afrique du nord.

    Philippe fargues est chercheur à l'ined et enseignant à l'institut d'etudes politiques et à l'ecole des hautes études en sciences sociales. arabisant, il a longtemps travaillé dans le monde arabe.

  • L'opinion et les médias occidentaux s'intéressent aujourd'hui de plus en plus aux chrétiens du Proche-Orient. Mais c'est en général sur le mode de la complainte face à leur prochaine disparition. Sans nier les difficultés à être chrétien à l'heure actuelle dans la région, cet ouvrage place les événements récents dans une perspective du temps long et du contexte politique global.
    L'histoire des chrétiens en Orient ne se réduit pas à celle d'une lente dégénérescence imputable aux musulmans. Malgré les discriminations qui leur étaient imposées, ils partageaient avec l'environnement islamique dominant des modes de vie, des croyances et des pratiques religieuses, dont l'introduction des formes modernes d'éducation les a progressivement éloignés à partir du XVIIe siècle. La montée des nationalismes a rendu difficile l'adaptation des institutions communautaires et des Églises aux nouveaux États et aux nouvelles frontières, et, à plusieurs reprises, a conduit à des massacres et des expulsions.
    Les chrétiens ne sont pas des victimes passives de la persécution. Ils agissent et s'adaptent aux changements politiques et culturels de la région et du monde, à travers leurs institutions. Ce livre ne prédit pas la disparition des chrétiens du Proche-Orient, mais il invite à réfléchir sur les nouvelles conditions de leur présence dans ces pays majoritairement musulmans.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Qu'on réfléchisse au destin d'une région du monde âprement disputée ou qu'on examine attentivement ce que l'histoire du christianisme doit à ses lieux originels, on en vient nécessairement à la mémoire contemporaine de la terre sainte.
    Or c'est ici même que la théorie de la mémoire collective a connu sa première grande étude systématique. dans une introduction inédite, danièle hervieu léger, jean pierre cléro, marie jaisson, sarah gensburger et eric brian l'analysent et la situent dans l'horizon de travaux comparables de philosophie, de sociologie et d'histoire.

  • Au coeur du désert syrien, Paolo Dall'Oglio, s.j., a fondé la communauté monastique de Deir Mar Moussa. Dédiée au dialogue islamo-chrétien, la communauté, mixte et oecuménique, accueille tout au long de l'année des milliers de musulmans ainsi que des visiteurs de toutes nationalités. Fort de ses trente ans d'expérience et d'engagement, Paolo Dall'Oglio, en dialogue avec Églantine Gabaix-Hialé, prend ici position sur la relation entre l'Église, plus spécifiquement l'Église catholique, et la religion musulmane.

    Comment vivre ensemble et à quoi bon vivre ensemble ? Quelle est l'originalité des deux religions ? Comment s'opèrent l'évangélisation et l'inculturation de la foi chrétienne en milieu musulman ? Quelle est la valeur théologique de la prophétie de Muhammad du point de vue chrétien ?

    Face à la résurgence des théologies exclusives, à la mode depuis qu'une certaine peur de l'Islam a fait surface, le lecteur trouvera ici une position de théologie d'ouverture, explicitement assumée comme inclusive, les exigences radicales de la foi chrétienne y étant vécues en profondeur. L'ambition de cet ouvrage est de proposer une espérance que seul l'engagement en faveur de l'autre rendra légitime et réaliste.

  • Malgré sa grande importance symbolique, encore perceptible de nos jours, l'histoire de la mission chrétienne vers l'islam fut d'abord celle d'un échec retentissant.
    Face au constat de l'inconvertibilité du monde musulman, les missionnaires se concentrèrent sur les populations chrétiennes présentes en terre d'Islam, parmi lesquelles ils s'efforcèrent de restaurer le " vrai christianisme ", " corrompu " par leur environnement et l'éloignement de l'Église. À côté de cette action en direction des chrétiens, un autre mouvement d'ampleur, auquel est consacré cet ouvrage, se dessina : la mission chrétienne se réfugia dans les périphéries réelles ou imaginaires de ces territoires musulmans qui se refusaient à elle.
    Des peuples et des espaces, figurant les marges spirituelles de l'islam (druzes, nusayrîs, yazidîs, Ahl-e Haqq, Javanais abangan) ou géopolitiques (Inde du Grand Mogol Akbar, Kabyles et autres montagnards du Kurdistan ou du Liban), nourrirent des espoirs de conversions. Réputées mal islamisées, ces populations furent l'objet de projets particuliers, fondés sur leur aptitude au syncrétisme, voire leur caractère crypto-chrétien.
    Au sein d'une littérature missionnaire sur l'islam oscillant entre ignorance volontaire et déclarations méprisantes ou fanfaronnes, l'identification de communautés musulmanes hétérodoxes suscita des écrits d'un nouveau genre. Ces sources, ainsi que les projets parfois mis en oeuvre, permettent de jeter un regard nouveau sur la mission chrétienne en terre d'Islam. A des époques et au sein d'aires culturelles variées, loin des discours stéréotypés, ils témoignent de compromis religieux et culturels concrets, mais aussi, à travers leur dimension utopique, du désarroi des missionnaires et des prosélytes chrétiens confrontés au monde musulman.

  • Un prêtre dans la tourmente syrienne Installé au monastère de Mar Moussa (80 km de Damas) depuis les années 80, Paolo Dall Oglio est un jésuite italien fortement engagé dans le dialogue islamo-chrétien. Il a pris parti pour la révolution syrienne (mars 2011) et ses idéaux de liberté, n'hésitant pas notamment à exhorter les pays occidentaux à armer les forces rebelles et à intervenir.
    Expulsé de Syrie en juin 2012 par le régime de Bachar Al Assad, il a pu quitter le pays grâce au soutien et à l'escorte du nonce apostolique... avec un fort sentiment d'impuissance et de colère.
    C'est en témoin que Paolo Dall Oglio se situe dans cet ouvrage : un témoin solidaire qui raconte la détermination d'un peuple luttant pour plus de liberté, les échecs des négociations, le durcissement du combat, la torture, la détermination des jeunes à vaincre, malgré la souffrance et les martyrs, les silences de l'Occident ; une solidarité qui fait tenir, et puis la colère, violente, devant cette guerre qui tragiquement ne trouve pas de solutions conduit la population syrienne au désespoir et à la haine.

empty