Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 30/04/2021

Café in (26 octobre 2016-23 janvier 2017)

Le Mucem présente l’exposition Café in. Plus de trois cents œuvres d’art, photographies, objets, gravures, dessins, ouvrages rares, correspondances, archives audiovisuelles et textes inédits illustreront l’histoire du café dans le monde.

Pour plus d'informations : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/cafe

  • Café in

    Collectif

    À l'occasion de l'exposition "Café In" (MuCEM, du 26 octobre 2016 au 23 janvier 2017), cinq petits livres réunis en un coffret déclineront les principaux aspects du café, qui est à la fois l'objet d'un imaginaire littéraire, celui de Douglas Kennedy, de Zoé Valdès et de Bernardo Carvalho entre autres, et d'un gigantesque marché économique. Côté qualité, le développement du phénomène de «café de spécialité» donne lieu à de nouvelles recherches agronomiques et gustatives. Le café s'invite aussi dans les cuisines, notamment dans celle de Pierre Gagnaire, chef étoilé, qui nous livre dix recettes inédites.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Rouge Brésil

    Jean-Christophe Rufin

    La conquête du Brésil par les Français est un des épisodes les plus extraordinaires et les plus méconnus de la Renaissance.
    Rouge Brésil raconte l'histoire de deux enfants, Just et Colombe, embarqués de force dans cette expédition pour servir d'interprètes auprès des tribus indiennes. Tout est démesuré dans cette aventure. Le cadre : la baie sauvage de Rio, encore livrée aux jungles et aux Indiens cannibales. Les personnages - et d'abord le chevalier de Villegagnon, chef de cette expédition, nostalgique des croisades, pétri de culture antique, précurseur de Cyrano ou de d'Artagnan. Les événements : le huis clos dramatique de cette France des Tropiques est une répétition générale, avec dix ans d'avance, des guerres de religion.
    Fourmillant de portraits, de paysages, d'action, Rouge Brésil, écrit dans une langue à l'ironie voltairienne, prend la forme d'un roman d'éducation et d'amour. Mais plus profondément, à travers les destins et les choix de Just et de Colombe, ce livre met en scène deux conceptions opposées de l'homme et de la nature. D'un côté, la civilisation européenne, conquérante et universelle, qui se veut libératrice et se découvre meurtrière. De l'autre, le monde indien, avec sa sensualité, son sens de l'harmonie et du sacré, le permament appel du bonheur...

    Sur commande
  • La ferme africaine

    Karen Blixen

    « Quand le souffle passait en sifflant au-dessus de ma tête, c'était le vent dans les grands arbres de la forêt, et non la pluie. Quand il rasait le sol, c'était le vent dans les buissons et les hautes herbes, mais ce n'était pas la pluie. Quand il bruissait et chuintait à hauteur d'homme, c'était le vent dans les champs de maïs. Il possédait si bien les sonorités de la pluie que l'on se faisait abuser sans cesse, cependant, on l'écoutait avec un plaisir certain, comme si un spectacle tant attendu apparaissait enfin sur la scène. Et ce n'était toujours pas la pluie.
    Mais lorsque la terre répondait à l'unisson d'un rugissement profond, luxuriant et croissant, lorsque le monde entier chantait autour de moi dans toutes les directions, au-dessus et au-dessous de moi, alors c'était bien la pluie. C'était comme de retrouver la mer après en avoir été longtemps privé, comme l'étreinte d'un amant. » (trad. Alain Gnaedig.)

    Sur commande
  • Au coeur de ce récit, il y a l'enfance. Celle d'un petit garçon passant ses vacances à Petit-Goâve, dans le giron de Da, sa grand-mère. Un accès de fièvre, et le voici privé de jeux avec ses camarades. Alors il reste sur la galerie, assis aux pieds de Da qui se balance dans le rocking-chair, une tasse de café toujours à portée de main, pour les passants et les voisins. Le long des lattes de bois, l'enfant observe, rêve, se régale: la lutte inégale des fourmis et des araignées, les gouttes de pluie picorant le sol, les adultes comme ils s'occupent et bavardent, son chien Marquis « à la démarche de vieille dame» ... Il respire les odeurs de la vie.
    Chronique des sensations évanouies et retrouvées, l'Odmr du ccifé est une magnifique échappée - au temps magique d'une enfance singulière.

    « J'ai écrit ce livre pour toutes sortes de raisons. Pour faire l'éloge de ce café (le café des Palmes) que Da aime tant et pour parier de Da que j'aime tant.
    Pour ne jamais oublier cette libellule couverte de fourmis. Ni l'odeur de la terre. Ni les pluies de Jacmel. Ni la mer derrière les cocotiers. Ni le vent du soir. Ni Vava, ce brûlant premier amour. Ni le terrible soleil de midi. Ni Auguste, Frantz, Rico, mes amis d'enfance. Ni Didi, ma cousine, ni Zina, ni Sylphise, la jeune morte, ni même ce bon vieux Marquis. Mais j'ai écrit ce livre surtout pour cette seule scène qui m'a poursuivi si longtemps: un petit garçon assis aux pieds de sa grand-mère sur la galerie ensoleillée d'une petite ville de province. Bonne nuit, Da ! »

    Sur commande
  • Ayané Mashiba a décidé de tuer son mari, qui meurt bientôt empoisonné. La police fait d'elle la principale suspecte, mais comment a-t-elle pu agir à plus de mille kilomètres de la victime ? Ce roman faussement simple a obtenu en 2005 le prix Naoki, l'un des plus prestigieux au Japon.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Karnak Café

    Naguib Mahfouz

    Vers le milieu des années 1960, dans le café cairote «Al-Karnak», miniature d'une Égypte en train de perdre ses repères, se réunissent régulièrement trois étudiants, dont les destins vont être profondément marqués par les événements politiques. Écrit en 1971 par le futur prix Nobel de littérature, ce bref roman a eu dans l'ensemble du monde arabe un retentissement considérable.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Le café est la deuxième boisson la plus consommée au monde après l'eau. Et pourtant, qui sait faire un bon café ?
    Grâce aux explications de barristas, cela deviendra un jeu d'enfants d'améliorer son café au quotidien.
    Partir de la tasse et remonter le fil jusqu'à la plantation : quelle machine utiliser ?, Quelles sont les causes probables d'un mauvais café ?, Quelle mouture? Quelle tasse utiliser? Reconnaître les variétés ?
    Déjouer les idées reçues : « Le café filtre c'est du jus de chaussette ! », « un espresso contient plus de caféine que de café filtre », « c'est en Italie qu'on boit le meilleur espresso ». Et savoir faire du latte art.

    Des infographies pour comprendre en un clin d'oeil une approche ludique une alternative au système Nespresso.

  • Max Havelaar

    Multatuli

    Publié en 1860 à Amsterdam, le roman de Multatuli ; en dénonçant l'oppression exercée sur les Javanais par l'administration néerlandaise, eut un retentissement énorme. On a d'ailleurs souvent comparé les réformes qu'imposa ce récit pamphlétaire à celles advenues aux Etats Unis après la publication de la Case de l'Oncle Tom de Harriet- Beecher-Stowe. Ecrit du temps de Flaubert, ce libre reçut pour sa facture et la qualité de son écriture romanesque la reconnaissance du monde littéraire. On le publia dans de nombreux pays et l'on en vint bientôt à le comparer aux plus grands, notamment à Strindberg . Aujourd'hui on découvre de surcroît, dans la version intégrale que voici une étonnante modernité.

  • Un frère et une soeur au bon coeur recueillent une femme connue seulement sous l'identité de " Madame " ; une femme sans aucun souvenir, qui ne se rappelle ni de son nom ni de la façon dont elle est arrivée au Botswana. Et c'est à Precious Ramotswe et son adjointe, Grace Makutsi, qu'il revient de découvrir l'identité de cette femme. Mais la venue au monde de son bébé ne peut retenir Mma Makutsi dans sa quête de réussite professionnelle. A peine vient-elle d'être promue partenaire à part entière de L'Agence N° 1 des dames détectives - en dépit des allégations tardives de Mma Ramotswe stipulant qu'elle n'était que " partenaire adjointe " - qu'elle lance une nouvelle entreprise à son compte : le Café de Luxe pour messieurs élégants. Grace Makutsi est une businesswoman avec de la suite dans les idées, mais qui pouvait prévoir qu'elle tomberait sur chef colérique, un serveur alcoolique et bien pire encore ? Heureusement, l'aide est à portée de main en la personne de Mma Ramotswe, la seule femme de Gaborone à la détermination un peu plus tempérée que Mma Makutsi.

  • Café nostalgia

    Zoé Valdés

    Marcela Roch vit à Paris dans une douloureuse nostalgie de Cuba qu'elle a quittée. Pour ses amis d'enfance, éparpillés maintenant à travers le globe, elle est la gardienne du temple de la mémoire, le point d'ancrage d'une bande dispersée dont chacun des membres cherche sa place dans le monde.
    Tour à tour photographe puis maquilleuse pour la télévision, la jeune femme semble vouée au succès le plus insolent ; mais il en va de la carrière comme de l'intimité : dans tous les territoires accostés, elle brûle ses vaisseaux. Portées de manière névrotique à leur paroxysme, ses sensations se mesurent toutes à l'aune d'un amour d'adolescence pour un homme d'âge mûr, auquel son épouse fit payer ses infidélités.
    Dans l'attente de l'accomplissement qui brisera ses entraves, elle attise avec ses amis la plaie profonde du souvenir et l'espoir d'un retour pour l'instant impossible.

    Sur commande
  • Café Budapest

    Alfonso Zapico

    Budapest 1947. Jeune violoniste juif, Yechezkel vit chichement avec sa mère. Jusqu'au jour où il reçoit une lettre de son oncle Yosef qui les invite lui et sa mère à le rejoindre à Jérusalem. Après un long voyage ils arrivent en Palestine alors en pleine instabilité politique, juste avant que les Anglais ne quittent la région. L'oncle Yosef régente le " Café Budapest ", un local pittoresque proche de la vieille ville, où cohabitent Juifs, Arabes et Occidentaux. Une oasis d'harmonie. Yechezkel y croise Yaiza, une jeune arabe qui livre les fruits, et tombe amoureux. Mais au Café Budapest, les notes du violon de Yechezkel laissent place au vacarme des obus. Yechezkel et Yaiza doivent fuir. Budapest 1949. Yosef ouvre " Café Palestine " à Budapest...

  • Café

    ,

    • Chene
    • 4 Novembre 2015

    Un voyage inédit dans l'univers du café.

    Le café est un best-seller ! Plus d'un milliard de tasses servies chaque jour ; la seconde boisson au monde, le symbole d'un art de vivre pluriséculaire et convivial. Pourtant, le café reste méconnu. Qui peut décrire le café qu'il aime ? Citer plus de deux variétés d'Arabica ? Donner plus de cinq origines de café ? Et deviner qui sont les plus grands consommateurs de café ?

    Suivez Hippolyte Courty, fondateur de L'Arbre à Café, dans sa vision sensorielle et totale du café. Remontez jusqu'aux origines avec lui et percevez les tendances actuelles, découvrez les faces cachées du café et l'ivresse de ses arômes. Ce spécialiste vous initiera à l'art de la torréfaction, aux mystères de la fermentation et vous dévoilera mille et un secrets pour préparer le café et le déguster. Avec ce livre, que vous soyez novice, amateur ou spécialiste, buveur de café, de thé, ou simplement curieux, vous allez redécouvrir un produit que vous pensiez déjà si bien connaître.

    Ainsi, ce livre aura fait son oeuvre s'il vous permet de vivre une dégustation joyeuse et éclairée d'un produit quotidien trop souvent négligé.

  • Les grands crus, de la plantation à la torréfaction, et les mélanges spéciaux rendant compte de la diversité des goûts et des arômes ; un guide géographique et culturel sur la façon de consommer le café à travers le monde ; un guide pratique à l'usage de ceux qui souhaitent découvrir les diverses façons de préparer leur philtre préféré.

  • Un café-refuge, sous une tonnelle, dont le narrateur essaie de percer le mystère ; un vieillard aux airs de barde qui fait le tour des îles pour carder matelas, duvets et oreillers et qui rend l'âme sur l'embarcadère ; deux marchands de journaux de père en fi ls qui racontent comment ils en sont arrivés là ; le borgne du village qui transforme un lopin rocailleux de l'île en potager fl orissant.
    Dans les vingt-deux nouvelles abruptes, mélancoliques et drôles à la fois qui composent ce recueil paru quatre ans avant sa mort, l'un de ses plus aboutis, Sait Faik confère au petit monde des oubliés de la vie qu'il côtoie entre Istanbul et son île de pêcheurs une étonnante grandeur littéraire.

  • Le breuvage du diable

    Stewart Lee Allen

    • Payot
    • 15 Avril 2009

    Peut-on considérer le café comme l'un des moteurs de l'Histoire ? Pourquoi est-il devenu une boisson fort prisée en terre d'islam ? Quel rôle a-t-il joué dans les cérémonies mystiques de toutes sortes ? Que doivent la Révolution française et l'essor de la presse anglaise à la découverte de cet excitant breuvage ?

    Pour retracer les aventures fantastiques de la graine et de sa préparation, le journaliste californien Stewart Lee Allen a ingurgité trois mille litres de café du Yémen au Brésil, en passant par Vienne et Paris. Il a silloné quatre continents pour découvrir les sources du café avec autant d'acharnement que s'il avait exploré les sources du Nil.

    "Vous ne regarderez plus jamais votre cafetière de la même façon." (Le Nouvel Observateur)

    Sur commande
  • Les cafés ont joué un rôle essentiel dans l'histoire des idées depuis leur fondation dans l'Arabie heureuse, leur épanouissement à Constantinople et leur introduction en Europe au cours du XVIIe siècle. Appelés « Écoles du savoir » au coeur de l'Empire ottoman, devenus à Londres, à Venise, à Paris de véritables bureaux académiques, à la fois parlements improvisés, bureaux de presse, cénacles poétiques, clubs politiques, tribunes idéologiques, centres nerveux des avant-gardes, les cafés s'affirment pendant plusieurs siècles les indispensables laboratoires des utopies et des révolutions. Ce livre retrace l'histoire et les légendes de ces cafés. Du Procope à Paris au Café Royal à Londres, du Caffè Florian à Venise au Pombo de Madrid, du Slavia à Prague au Café Central de Vienne, du Brasileira de Lisbonne au New York de Budapest, ce livre est une invitation au voyage dans les lieux où sont nées et ont circulé les idées de notre modernité.
    Une documentation exceptionnelle a été réunie par Gérard-Georges Lemaire qui s'est passionné pour ce sujet et a organisé sur ce thème de nombreuses expositions.
     

  • Ne le disait-on pas condamné sous l'assaut des chaînes de restauration rapide, des fast-foods et autres snackings ? Le bistrot fait de la résistance.
    Lieu de passage où l'on papote en mangeant un morceau ou en buvant un verre, lieu d'échange où l'on discute de sport, de politique ou de soi- même entre amis ou avec de parfaits inconnus, lieu de rencontre où s'ébauchent relations amoureuses et projets de tous ordres, havre de tranquillité, sas de décompression entre vie professionnelle et foyer :
    Le bistrot est tout cela à la fois. Et parce qu'il y règne un état d'esprit entretenu au quotidien par le patron ou la patronne, il nous transforme en citoyen de comptoir accrochant au perroquet son statut social avec sa veste.
    Voilà ce que nous raconte un patron passionné, Yves, parti gamin de sa bourgade auvergnate pour s'établir dans son propre bistrot parisien.
    Et à travers l'exemple de sa vie haute en couleur, c'est toute l'histoire des Auvergnats de Paris que l'on trouve ici déroulée dans le temps d'une journée entre les murs de cette République en modèle réduit.

  • Avec plus de six millions de tonnes par an, le café est la deuxième production mondiale après le pétrole. Il fait vivre plus de cent millions d'individus dans le monde, et concerne une cinquantaine de pays producteurs qui subissent cruellement les lois du marché : fluctuations des cours et spéculations en tout genre. Si des progrès ont été accomplis, d'autres restent à faire aussi bien à l'égard des pays producteurs qu'au sein des pays consommateurs. C'est de l'ensemble de ces questions que traite l'ouvrage qui offre un éclairage neuf et concret sur le commerce équitable.

  • Issues de la tradition ou de l'air du temps, mêlant souvent vrai et faux.
    Les idées reçues sont dans toutes les têtes. l'auteur les prend pour point de départ et apporte ici un éclairage distancié et approfondis sur ce que l'on sait ou croit savoir.

    Sur commande
  • Café gourmand

    Collectif

    Un ouvrage contenant de délicieuses recettes de cookies, barres, tartes, petits pains et gâteaux, tous destinés à être savourés autour d'un café pour une pause gourmande ! Roulés à la cannelle, biscottis croquants aux amandes, tarte au chocolat et aux noix de pécan, tourbillons à la framboise, brownies au caramel onctueux, vous trouverez dans ces pages toutes les recettes dont vous rêvez pour régaler vos invités à l'heure du café ou du goûter !

  • Neko café

    Elsa Boyer

    Neko Café est le prolongement d'une mission Stendhal d'un mois au Japon, entre Tokyo et Kyoto, qui aura permis à Elsa Boyer de se confronter à une architecture, des lieux, un imaginaire loin des inspirations américaines de ses premiers livres. Ce roman essaie donc de restituer quelque chose du Japon qui ne soit ni exotique ni prisonnier de l'image de mégalopole que renvoie souvent Tokyo. Il lui fallait donc trouver un lieu précis pour commencer et surtout pour éviter de n'aborder le Japon que sous l'angle de la catastrophe, trop général. Ce lieu est repris dans le titre, Neko Café, ces cafés où chats, serveuses et serveurs accueillent les clients, qui payent à la demi-heure ou à l'heure peuvent consommer des boissons, parfois manger, au milieu des animaux. C'est ici que convergent les différents personnages du roman : le patron du café, ancien génie de la robotique qui voudrait trouver le moyen de guérir son pays ; son assistant ; un garçon et une fille qui se font embaucher dans le café. Le récit suit ces différents personnages à travers la ville, dans les cafés à thème (Neko café, Maid café), dans les salles de jeu, les restaurants, les onsens (lieux de bain), les centres commerciaux, les temples, les couloirs des lignes du métro tokyoïte.
    À partir de cette ligne narrative ancrée dans le quotidien se déploie une série d'événements et de figures à la limite du fantastique. Des secousses agitent la ville, perturbent les perceptions, font perdre la mémoire à certains, ouvrent la voie à des hordes de fantômes à la fois humains et animaux qui colonisent les corps des vivants. Face à ces dangers provenant aussi bien de la terre que du domaine des spectres (qui au Japon font partie de la vie ordinaire), une firme construit d'immenses robots censés stopper les secousses et les tsunamis. Mais l'histoire qu'esquisse ce livre est peutêtre celle d'un amour aux contours flous, dont l'intensité s'est déjà éteinte quand commence le récit : ce garçon et cette fille séparés parce qu'après une secousse le garçon a perdu la mémoire et n'est jamais rentré chez eux. Cet amour défait, c'est aussi celui des spectres, ceux qui font retour, qui ont la force de revenir hanter les vivants, des vivants qui à leur tour se laissent hanter, posséder.
    Neko Café entrelace ainsi des lieux, activités, objets du quotidien à des formes issues de l'imaginaire japonais, que ce soit les contes de fantômes, leur reproduction à travers les estampes, les robots géants des mangas et animés, ou encore l'univers des jeux vidéo.

  • Le poète, mariant le temporel et le spirituel, recherche la réalisation de son être profond au milieu de ses contradictions.

  • Dans des débats animés, des écrivains, scientifiques, philosophes ou encore responsables politiques donnent leur point de vue sur le commerce équitable. Ils l'examinent dans ses significations profondes et rappellent son fonctionnement réel. Ils montrent qu'il est directement lié à la question de l'agriculture biologique ou encore au surendettement de certains pays du Sud. Enfin, ils abordent la notion en terme de système politique, qu'il reste à faire pleinement exister.

  • Prodigieuse épopée que celle d'une obscure plante indigène, localisée au xve siècle entre l'éthiopie et l'arabie.
    Heureuse et devenue progressivement boisson universelle. quand des hommes eurent l'idée de décortiquer le fruit rouge du caféier, d'en extraire sa graine dorée, de la brûler, de la piler et de ta faire bouillir afin d'en goûter noire décoction ainsi obtenue, ils constatèrent instantanément ses bienfaits. outre ses propriétés digestives et stimulantes pour le cerveau, le café, qui met les hommes en joie et les tient plus longtemps en éveil, semble aussi les inviter à se réunir pour communiquer, jouer ou se divertir dans.
    Les cafés.

empty