Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 30/04/2021

Instant tunisien (20 mars 2019-30 septembre 2019)

Le 14 janvier 2011, le président Ben Ali fuyait la Tunisie après vingt-trois ans de règne sans partage. L’aboutissement d’un processus débuté vingt-neuf jours plus tôt quand, le 17 décembre 2010, un jeune marchand ambulant de la ville de Sidi Bouzid s’était immolé par le feu ; acte de protestation désespéré face à un système rigide et corrompu qui allait, très vite, embraser l’ensemble du pays…
La révolution tunisienne est une révolution inédite à plus d’un titre. À l’ère de la communication numérique, elle a inauguré l'interaction entre les nouvelles technologies et la rue, introduisant un nouveau type de mobilisation, de nouveaux modes d’action politique, de nouvelles expressions artistiques.
L’exposition retrace les vingt-neuf jours de la révolution tunisienne depuis l’étincelle de Sidi Bouzid jusqu’à la chute du président Ben Ali. Elle s’appuie sur un vaste fond d’archives composé de vidéos, de photos, de blogs, d’enregistrements sonores, mais aussi de poèmes, de slogans, de chansons et de communiqués émanant de la société civile, collectés par le réseau Doustourna en collaboration avec plusieurs institutions publiques nationales tunisiennes. Le Mucem, qui a participé dès l’origine à cette collecte, présente les résultats de ces travaux lors de cette exposition, qui fait suite à celle organisée au Musée national du Bardo (Tunis).
  • En 29 jours, du 17 décembre 2010 au 14 janvier 2011, un mouvement de protestation né dans une petite ville excentrée de Tunisie a chassé un dictateur et surpris tous les experts ainsi que la diplomatie internationale. Cette révolution " à grande vitesse " est un événement historique pour la Tunisie (une République pluraliste remplace un système autoritaire), pour le Proche-Orient (les soulèvements populaires de nombreux pays arabes imiteront celui-ci, sans parvenir toutefois au même succès) et pour la jeunesse des pays occidentaux (une source d'inspiration pour les Indignés de Madrid comme Occupy Wall Street à New York).
    L'auteur retrace l'histoire de ce mouvement sans dirigeants, consacrant le pouvoir d'Internet, des réseaux sociaux et des télévisions transnationales. Son enquête s'appuie sur 95 entretiens d'acteurs de la révolution, conduits de Sidi Bouzid à Tunis.

  • Histoire de la tunisie

    Sophie Bessis

    Une plongée érudite et passionnante dans l'histoire de la Tunisie pour saisir la singularité de sa trajectoire dans un environnement régional troublé.
    Initiatrice en 2011 des « Printemps arabes », la Tunisie reste le symbole d'une démocratie possible en pays arabe. Etat longtemps qualifié d'exemplaire pour sa sécularisation et les droits accordés aux femmes, la Tunisie, située au bord d'une Méditerranée ouverte à la fois sur l'Occident et sur l'Orient, s'est nourrie tant des influences romaines et byzantines qu'arabes ou ottomanes pour rayonner bien au-delà de son petit territoire.
    De la fière Carthage qui a tenu tête à Rome à la bouillonnante Ifriqiya médiévale, de la conquête arabe à l'instauration du Protectorat français, du « despotisme éclairé » de Bourguiba aux espoirs nés de la Révolution de 2011, Sophie Bessis nous fait comprendre comment s'est construite l'« exception tunisienne ». Ses tentatives démocratiques se heurtent aujourd'hui à la montée en puissance du radicalisme religieux et à la proximité d'un environnement régional porteur de tous les dangers. La Tunisie doit aussi composer avec la fracture millénaire entre un littoral urbanisé et économiquement privilégié et un intérieur qui se sent délaissé, fragilisant l'unité d'un peuple déchiré entre des héritages contradictoires.
    En insistant sur la richesse de ses 3000 ans d'histoire dans cette synthèse réfléchie, soucieuse de s'éloigner des partis pris européens, Sophie Bessis interroge l'avenir d'une nation en pleine transition politique et sociale.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Les valeureuses

    Sophie Bessis

    • Elyzad
    • 9 Février 2017

    Sophie Bessis a choisi de raconter cinq femmes qui font partie de l'histoire tunisienne : Elissa Didon, antique fondatrice de Carthage, défiant les rois et les flots ; Sayida Manoubia, née au xiiie siècle, sainte rebelle à toute autorité, se répandant en miracles ; Aziza Othmana, princesse du xviie siècle, proche des démunis, trop généreuse pour être ordinaire ; Habiba Menchari, moderniste, à l'origine d'un débat houleux en 1929 quand elle réclame l'abolition du port du voile ; Habiba Msika, chanteuse transgressive de la « belle époque » du Tunis des années 20 et actrice sulfureuse. Ces femmes sont toutes exceptionnelles, d'une beauté renversante. Elles s'imposent à l'ordre masculin en transgressant l'une ou l'autre frontière désignée à leur sexe. Chacune, à sa façon, a marqué sa période et laissé sa trace dans les mémoires et les imaginaires.

  • Premières élections pluralistes, nouvelle constitution, multiplication des partis et des associations, montée des revendications des minorités sexuelles, régionales et religieuses, recomposition du personnel politico-administratif, explosion des conflits autour de la question sociale... Depuis 2011, la Tunisie vit en ébullition permanente, comme portée par la redécouverte du débat public, trop longtemps confisqué par un parti et un clan. Mais cette effervescence revendicative ne doit pas faire oublier que le pays a toujours été animé par une quête de démocratie.
    Ce livre, en replaçant les événements de 2011 dans le temps long, cherche à dépasser les représentations binaires dictature/démocratie, autoritarisme/pluralisme. Il s'attache à rendre compte des mutations culturelles, sociales et politiques, à décortiquer la part d'inédit et de créativité de la période post-Ben Ali et analyse comment elle s'accommode des structures héritées.
    En une vingtaine de contributions originales (analyses historiques, enquêtes de terrain, entretiens avec les acteurs), ce livre dresse un portrait à la fois sociologique et politique de la Tunisie d'aujourd'hui.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Au début de 2011, en chassant du pouvoir un dictateur vieillissant, la Tunisie a été propulsée sur la scène médiatique internationale. Initiateur des « printemps arabes », ce petit pays donnait pourtant l'image d'un régime stable, certes dirigé par un despote, mais ouvert sur l'Occident. Cependant, la question de la succession du président Ben Ali amenait certains auteurs à s'interroger sur la durabilité d'un pouvoir largement fondé sur la coercition.
    Ce livre apporte des clés pour comprendre la manière dont le régime autoritaire tunisien s'est construit, puis pérennisé, et a été remis en cause. Si le système politique instauré par le président Bourguiba (1956-1987) était sous-tendu par un projet de société modernisateur, celui du président Ben Ali (1987-2011) visait à transformer le pouvoir en un instrument d'accumulation de richesses économiques au profit d'un clan familial. La rupture introduite par la « révolution » de 2011 a ouvert la voie à un nouveau cycle politique.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Qu'en reste-t-il des Printemps arabes de 2011 ? Un e´chec ge´ne´ral des re´volutions arabes et le relatif succe`s d'un seul pays, la Tunisie. Pourquoi la Tunisie ? Pour re´pondre a` cette interrogation, apre`s avoir remis en perspective historique la question d'une « exception autoritaire arabe », une comparaison s'imposedes trajectoires des insurrections tunisienne et arabes .
    Dans les Printemps arabes, le temps insurrectionnel tunisien occupe une place a` part : il les pre´ce´da tous et servit aux autres peuples de moteur et de mode`le. Il fut particulie`rement complexe dans son de´roulement et son issue, la chute du pre´sident Ben Ali, re´sulta d'une exceptionnelle, voire ale´atoire, combinatoire de facteurs qui est ici reconstitue´e. Aux portes d'une Libye chaotique et au terme de quatre anne´es de combats et de´bats souvent durs, la Tunisie est entre´e dans une phase post-re´volutionnaire et be´ne´ficie depuis et jusqu'ici d'un re´gime de´mocratique d'une « solide fragilite´ ».

    S'agissant des autres pays du front des Printemps arabes, voire de l'ensemble du monde arabe, qui peut se´rieusement dire, au regard d'un retour dans ces re´gions du se´culaire « Grand Jeu » international, que les apparents e´checs et impasses actuelles sont imputables a` un de´ficit de´mocratique des peuples arabes, qui peut assurer que, la` ou` elles semblent en panne actuellement, la page des re´volutions lance´es en 2011 est de´finitivement tourne´e ? Les « temps insurrectionnels » tunisien et arabes sont a` coup su^ r porteurs pour aujourd'hui de re´flexions et d'enseignements particulie`rement forts.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Petit État de 11 millions d'habitants, la Tunisie fait figure de laboratoire de la démocratie depuis la révolution de Jasmin. En 1956, la Tunisie proclamait son indépendance. Dans la foulée, Bourguiba promulguait un code de la famille inédit dans un pays musulman. Les raisons, multiples, de cette « exception tunisienne » tiennent aussi à l'histoire. Elle remonte à 814 av. J.-C., lorsque des Phéniciens ont fondé une « ville neuve » : Carthage. L'histoire de 3000 ans de ce pays d'exception.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Il y a quelques mois encore, le dégagement du paradigme identitaire paraissait un voeu pieux, une élucubration d'intellectuel désespéré, pris en tenaille entre des gouvernements tyranniques et des mouvements islamistes porteurs du ferment totalitaire. Pourtant, l'élan révolutionnaire qui a surgi en Tunisie et se propage dans l'ensemble du monde arabe semble répondre à cet appel à l'insoumission, lancé en 2005.
    Car les analyses et les propositions de cet appel se retrouvent dans les aspirations nouvelles qui ébranlent l'idéologie dominante. On peut aborder cette Déclaration comme un commentaire avancé de ce qui a rendu nécessaire les insurrections d'aujourd'hui.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Juste après la fuite du président Ben Ali, Youssef Seddik essayait de comprendre comment la société tunisienne en était arrivée là, quelles allaient être les conséquences de la révolution.
    L'intellectuel aux multiples casquettes donnait aussi sa vision de l'islam, l'islam en Tunisie et l'islam en France, o. rait les clés de compréhension d'un monde musulman en plein bouleversement.
    Aujourd'hui, ils nous proposent ce livre qui, à la veille des élections devant se tenir à l'été 2014, vient nous en présenter les enjeux. Youssef Seddik apporte un éclairage passionnant sur la situation de la Tunisie depuis les débuts de la révolution et sur les contradictions du peuple tunisien qui, après avoir fait fuir un dictateur, élit un parti islamiste autoritaire.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
empty