Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 30/04/2021

L'Orient sonore

Exposition du 22 juillet 2020 au 4 janvier 2021

En plus des ouvrages présentés, vous retrouverez dans la librairie, une sélection de CD et de vinyles des artistes présents dans l'exposition

 

  • Dans un contexte de violences militaires, de révolutions et de contre-révolutions politiques, de bouleversements sociaux et technologiques, de changements démographiques accélérés, est-il possible de présenter ou de représenter la musique arabe?? Tout le sens de cet ouvrage, qui accompagne une exposition au Mucem, réside dans la présentation d'une irréductible multitude prévalant à tout niveau d'analyse?: existe-t-il "une" musique arabe ou "des" musiques arabes, des musiques arabes qui seraient aussi les musiques des non-arabes et des non-musulmans, malgré le rôle prépondérant de la récitation coranique dans l'esthétique du tarab? - "l'ivresse de la jouissance" selon l'auteur nobélisé Naguib Mahfouz ? L'ensemble de ces thèmes est examiné à la lumière des bouleversements sociologiques et politiques affectant directement le rôle de la musique dans la construction des identités nationales, les lieux de sa consommation, sa texture sonore et ses instruments, les médiums de sa diffusion, ainsi que ses types de production ou de reproduction.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Peut-on parler d'une seule et même musique arabe ? Comment circonscrire géographiquement et stylistiquement un genre musical aussi vaste ? Le projet de cette anthologie est de montrer qu'il n'y a pas qu'une musique arabe, tout en révélant l'unité musicale qui rassemble une vingtaine de pays aux langues, à la culture et au développement différents. Quels sont les points communs entre Rachid Taha, Oum Kalsoum et Omar Souleyman ? Entre les artistes kurdes, libanais ou kabyles ou les musiques populaires, savantes ou religieuses de ces régions ? À travers une centaine d'enregistrements, qui feront passer le lecteur des musiques traditionnelles à leurs réinterprétations pop, se dessine une riche cartographie musicale, propice à une déambulation sonore inédite.

  • Dans ce texte aussi pédagogique qu'érudit, Rouget démontre à quel point la musique est une voie d'accès privilégiée à l'état de transe. Mais au-delà de la possession et loin de la cloisonner à un contexte religieux, l'auteur étudie l'impact émotionnel et physique de la musique et invoque pour ce faire Pythagore, Platon, la tradition musulmane ou chrétienne. Plus qu'une analyse sur le terrain des états de transe chez les arabes, le lecteur trouvera ici une forme de poésie, audelà des mots et des religions. Qu'il s'agisse de comprendre l'action morale de la musique, l'effet physique du chant, les perceptions d'un texte religieux ou du son d'un instrument de musique, le normal et le supranormal se mélangent pour ne former qu'une seule danse, aussi fabuleuse que stimulante.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Dans ce livre il y a les cabarets du Caire, les studios, villas, casinos du Caire, les maris, les amants, l'alcool, les somnifères, l'argent, les suicides, les brownings, les scandales, les palaces. Il y a le chant, la musique, la voix, les ovations, les triomphes, la gloire. Il y a l'audace, le génie, l'aventure, la tragédie.
    Il y a des poètes et des émirs, des danseuses, des banquiers, des officiers, des imams, des cheikhs, des actrices, des khawagates, des musiciens, des vamps, des noctambules, des révoltés, des sultans, des pachas, des beys, des espionnes, des prodiges, des rois d'Égypte et la cour.
    D'éminents journalistes, de célèbres compositeurs, des patronnes de clubs, des grands chambellans, des joueurs de oud. Il y a la petite paysanne du delta et la princesse druze, le fils du muezzin et le chanteur solitaire, la star juive et le colonel héroïque. Il y a Asmahan, Oum Kalthoum, Abdelwahab, Farid el Atrache, Samia Gamal, Leïla Mourad, Nour el Hoda, Sabah, Fayrouz, il y a les astres de l'Orient. Il y a la classe, le glamour, la touche, le style. Il y a l'amour, la passion, la haine, la vengeance. Il y a des verres et des cigarettes, des cartes à jouer, des jetons, des dés, des bijoux, des drapeaux, des corans. Il y a les cinémas de Beyrouth, les palais de Damas, les quais d'Alexandrie, les rues de Jérusalem, la cour de Bagdad. Il y a la radio, les disques, les micros, les caméras, les génériques, les néons, le rideau, l'orchestre, le concert, le public, la transe.
    Il y a la voix des Arabes. Il y a les grands hôtels, le Saint-Georges, le King David, l'Orient Palace, le Mena House.
    Il y a la chute de l'Empire ottoman et il y a la guerre en Palestine, il y a la prise du canal de Suez et la défaite de 1967, il y a un siècle au Proche-Orient.

  • Le piano oriental

    Zeina Abirached

    Un incontournable du roman graphique à prix découverte !
    Un récit inspiré de la vie de son ancêtre, inventeur d'un nouvel instrument de musique dans le Beyrouth des années 1960. Folle tentative pour rapprocher les traditions musicales d'Orient de d'Occident, ce piano au destin méconnu n'aura vu le jour qu'en un seul exemplaire, juste avant que la guerre civile ne s'abatte sur le Liban. Une métaphore amusante - et touchante - de la rencontre de deux cultures, de deux mondes, qui cohabitent chez Zeina et dans son oeuvre.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Un savant, un mélomane, un musicien ont-ils la même conception de la musique ? Pourquoi certains distinguent-ils des fréquences que nous ne distinguons pas ? La manière dont le cerveau humain écoute ou crée la musique s'explique par des phénomènes acquis en fonction de telle ou telle civilisation ; mais aussi par une organisation sensorielle et nerveuse innée, spécifique à la pratique musicale. Ainsi, la prédilection universelle pour l'octave ou la quinte correspond à des processus physiologiques objectifs contenant les valeurs numériques particulières de ces intervalles de fréquence privilégiés. D'autres aptitudes musicales se retrouvent chez le nourrisson, en dehors de tout apprentissage préalable : il semble bien exister, dans le cerveau du nouveau-né, des réseaux neuronaux préprogrammés dévolus à l'écoute de la musique. Les scientifiques estiment aujourd'hui que l'écoute et l'expression musicales sont une fonction propre à l'homme, au même titre que la parole : elle lui est tout autant indispensable, même si son organisation cérébrale s'en différencie nettement. Ainsi s'éclaire la part prépondérante que la musique prend dans le quotidien de notre civilisation : loin d'être un phénomène culturel que faciliterait le développement technologique, la musique est l'expression d'un besoin physiologique dont l'humanité commence aujourd'hui seulement à prendre conscience.

    Sur commande
  • Naguib Mahfouz Le Jardin du passé D'un autre point de vue, l'amour lui paraissait une « dictature », chose que la vie égyptienne lui avait appris à haïr, et du plus profond du coeur ! Dans la maison de « sa tante » Galila, il offrait son corps à Atiyya, puis le reprenait aussitôt, comme si rien ne s'était passé. Quant à cette jeune fille rangée dans sa pudeur, elle ne se contenterait de rien de moins que de son corps et de son âme en même temps... et pour l'éternité ! Dès lors, il ne lui resterait plus qu'une ligne à poursuivre : la lutte pour la subsistance en vue d'assurer la survie de la famille et des enfants !
    Naguib Mahfouz.

    Troisième et dernier volet de la grande fresque romanesque qui relate les transformations de l'Egypte basculant dans la modernité, après Impasse des deux palais et Le Palais du désir, Le Jardin du passé amplifie l'histoire de la famille d'Abd el-Gawwad. Une nouvelle génération, désormais, incarne les contradictions et les blessures du pays : ce sont les petits- enfants d'Abd el-Gawwad, Ahmed, le communiste, et Abd el-Monem, le frère musulman. Conflits entre les idéologies, opposition entre les valeurs trditionnelles et celles de la société nouvelle... Un immense roman pour approcher l'Egypte d'aujourd'hui.
    Naguib Mahfouz est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de littérature.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Était-il en train de lui arriver ce qui arrivait aux autres pères en cette drôle d'époque ? Il entendait des choses abracadabrantes sur la « jeunesse d'aujourd'hui » : des élèves de collège prenaient l'habitude de fumer, d'autres bafouaient la dignité de leurs maîtres, d'autres encore se rebellaient contre leurs pères! Oh! bien sûr, son prestige à lui restait intact, mais... quel bilan tirer de cette longue vie de rigueur et de fermeté ? D'un côté Yasine qui sombrait dans la déchéance et de l'autre Kamal qui discutait, contestait et essayait de lui filer entre les mains!...



    Naguib Mahfouz Nous retrouvons ici les personnages inoubliables de l'Impasse des deux palais. Yasine et Kamal ont grandi. Autour d'Abd el-Gawwad, le monde vacille. Peu à peu la société égyptienne traditionnelle cède le pas devant les moeurs et les valeurs modernes. Comme le Nil, le roman de Mahfouz suit son cours, imposant, monumental, fascinant...

    Naguib Mahfouz est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de Littérature.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • De quoi le monde arabe est-il le nom ? La collection « Araborama », créée par l'Institut du monde arabe et le Seuil, rassemble journalistes, intellectuels, écrivains, artistes et illustrateurs pour explorer ses réalités présentes, sa pluralité et son histoire.

    « D'où vient que le mot « arabe » sonne désuet ou étrangement déplacé ? Peut-on (encore) dire de quelqu'un qu'il est un Arabe ? Comme catégorisation d'un peuple, ce mot a été chargé d'antonymes, d'usages essentialistes et, bien sûr, racistes. Arabe, c'est un terme qui en français ne voyage pas seul. Vous me direz : Aucun mot ne voyage seul. Pourtant, si on pense aux expressions françaises qui contiennent le mot « arabe », à ses évocations littéraires, à ses résonances dans l'actualité, il devient difficile d'user de ce terme innocemment, de se l'approprier.
    Quant au monde arabe, notre conscience - bienvenue - de la complexité des espaces et de leurs histoires différenciées nous enjoint à le mettre au pluriel. Aujourd'hui, il y a des mondes arabes, que l'on peut séparer et caractériser, et que parfois tout sépare. Mais le monde arabe, au singulier, ne serait plus qu'une fiction que l'on laisserait à quelques nostalgiques.
    Nous avons souhaité explorer ici l'ensemble de ses transformations, de ses identifications changeantes, sous différents angles et au travers d'écritures et de formes variées. Le tableau qui en résulte est foisonnant et coloré. Il n'offre pas de réponses définitives, seulement des jalons pour la suite ».
    Extraits de l'introduction de Leyla Dakhli.

    Ont contribué à cet ouvrage : Mariam Aboelezz, Jean-Luc Allouche, Fanny Arlandis, Christophe Ayad, Nabil Ayouch, Bertrand Badie, Orit Bashkin, Denis Bauchard, Hamit Bozarslan, Alexandra Buccianti, Guy Burak, Jaqueline Chabbi, Leyla Dakhli, Kamel Daoud, Nicolas Dot-Pouillard, Brahim El Mazned, Chirine El Messiri, Abaher El Sakka, Dorothée Engel, Alain Frachon, Vincent Geisser, Mathieu Guidere, Joumana Haddad, Nagham Nawzat Hasan, Coline Houssais, Boris James, Henry Laurens, Farouk Mardam-Bey, Issa Makhlouf, Nabil Mouline, Philippe Petriat, François Pouillon, Nasser Rabbat, Loïc Rivault, Arafat Sadallah, Victor Salama, Elias Sanbar, Alexandra Schwarzbrod, Leïla Vignal, Tassadit Yacine, Nada Yafi, Ahmed Youssef Avec les illustrations de Zeina Abirached, Rami Afifi, Duaa Alaamer, Sarah Al Abdali, Amal Al Ajmi, Sultan Al Ramahi, Ahmed Al Refaie, Abid Ayoub, Nassim Azarzar, Doa Bugis, Rama Duwaji, Naji El Mir, Roeqiya Fris, Zainab Fasiki, Nouri Flayhan, Tulip Hazbar, Ghani Hidouche, Rawand Issa, Jamaa Al-Yad Collective, Kuki Jijo, Mazen Kerbaj, L'homme Jaune, Ibticem Larbi, Raphaelle Macaron, Yasmin Maksousa, Zahra Marwan, Aya Mobaydeen, Shahad Nazer, Karl reMarks, William Sakhnini, Adnan Samman, Alaa Satir, Othman Selmi, Rexchouk, Yasmina Yasser

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Porteur d'une tradition millénaire où géométrie, philosophie et poésie se rencontrent, le oud façonné par le luthier Abdoh Nahhât à Damas dans les années 1930 est une fenêtre sur les arts et les savoirs du monde arabe.

  • Oum Kalsoum est née il y a plus de cent ans et a disparu depuis plus de trente ans mais elle reste aujourd'hui la seule star mythique du monde arabe. Elle continue d'influencer toute une génération de musiciens ; mais, bien plus encore, elle est devenue un mythe, une muse universelle qui, au-delà de son domaine, inspire toute une génération de peintres, photographes, stylistes et artistes de rue.
    Aujourd'hui, elle vit toujours dans le coeur et l'art des grands et des petits. Elle était représentée pendant la révolution de janvier dernier. Un livre tout en images pour conter la vie de cette seule icône arabe avec des phrases marquantes de grands, d'anonymes et les paroles de ses chansons qui sonnent toujours comme des sésames.

  • Laissez-vous envoûter par le son du oud, du bendir, de la gasba, des derboukas et par la voix chaleureuse de Fellag et des chanteurs. Partez à la découverte des musiques du Maghreb !

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Parmi tous ses ouvrages, Adorno attachait la plus grande importance à ce texte-ci, qui résume à lui seul toutes ses thèses sur le processus moderne qui fait de l'art une simple marchandise. En appliquant ses idées à la musique, Adorno en cerne les di cultés actuelles. Omniprésente, la musique est devenue une marchandise et nous prive de la faculté d'écoute, indispensable à l'appréciation esthétique.
    Réputée éthérée, au-delà des choses matérielles, la musique est devenue le véhicule de la publicité. L'élève d'Alban Berg plaide pour une écoute désintéressée et exclusive. Un texte dérangeant, parfois provocateur, au croisement de la philosophie, de la sociologie et de la musicologie.

  • "L auteur s attache dans cet ouvrage à mettre en lumière le folklore le plus en vue de Bahreïn, qui exprime l esprit et la conscience de l être humain bahreïnien, porté plutôt sur la tolérance, l acceptation de l autre et l interaction avec les arts des autres peuples. Ces valeurs ont grandement contribué à enrichir les arts créatifs avec des formes de pratiques artistiques diverses (arts du continent, arts de la mer, arts venus de l étranger). Ces arts se sont transmis d une génération à l autre par voie orale, grâce à la mémoire collective qui a su les sauvegrader, les faire évoluer et les enrichir."

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Aujourd'hui, cet immense patrimoine judéo-marocain est menacé par l'oubli dans sa terre d'origine. Une grande ligne qui a marqué nettement notre histoire se hachure, et risque de devenir lointaine et inconnue pour les jeunes générations de Marocains. Il est temps donc de prendre tous les moyens pour souligner ses traces et lui assurer l'évidence de son importance dans la généalogie de notre mémoire nationale.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Auteur Spécialiste internationalement reconnu des musiques du Moyen Orient, Amnon Shiloah est l'auteur d'un monumental ouvrage sur la musique juive traditionelle.

    Livre Si l'islam, né dans une société précise, s'est étendu si largement, peut-on envisager comme unique le style des arts qui se sont développés dans l'aire qu'il domine ? C'est à cette question, appliquée à la musique, que tente de répondre cet ouvrage.
    Il évoque en premier lieu les traditions dont les tribus bédouines étaient porteuses, et que l'on peut considérer comme les signes avant-coureurs de la musique qui s'implanta après l'arrivée de l'islam. Ces divers apports convergèrent pour constituer un style unique au cours des trois premiers siècles de l'islam. Par la suite, des spécificités se firent jour en dehors du monde arabe proprement dit, en particulier en Perse et en Turquie.
    L'ouvrage traite ces questions sous un triple aspect : un récit historique retrace les débuts et les conquêtes de l'islam ainsi que son évolution jusqu'à sa modernisation à l'époque récente ; les aspects religieux et idéologiques qui sous-tendent cette civilisation sont abordés en rapport avec la musique, qui est présentée également sous un angle formel et sous celui de la pratique (les gammes, les rythmes, la danse et les traditions populaires).

  • L'ame des sons

    Jean During

    • Relie
    • 5 Juin 2001

    Ostad Elahi (1895-1974) fut un grand penseur, un mystique et un musicien exceptionnel qui pratiqua exclusivement son art : " Comme un moyen de pénétrer en soi-même, de découvrir des vérités et d'arriver à l'étape de l'amour divin.
    " Pour façonner ce langage de l'âme, il fit éclater en musique pure le répertoire du luth sacré kurde (tanbur) et des hymnes de la Perse antique dont il avait reçu le dépôt, intégralement, dès son enfance. Bien que cette musique parle d'elle-même, comme l'attestent les enregistrements édités depuis quelques années, la reconstitution de son contexte initial et de sa genèse à partir des éléments biographiques, des anecdotes et propos du maître lui-même, ainsi que des nombreux témoignages recueillis auprès de ses proches, fait apparaître la puissance et la singularité de son art.
    Si la question du pouvoir mystique des sons a souvent été débattue, c'est probablement la première fois que l'on dispose d'autant de données précises, fiables et de première main sur un musicien qui fut considéré comme un magicien des sons. Multipliant les angles d'approche, cette étude constitue une contribution unique et originale à l'esthétique autant qu'à l'anthropologie religieuse et à la mystique orientale.

  • Au XXIe siècle, les échos sonores du monde arabe résonnent bien au-delà des frontières - par ailleurs mouvantes - des pays qui le constituent. De l'Arabie heureuse de la Reine de Saba, en passant par l'âge d'or égyptien symbolisé par Oum Kalthoum, jusqu'à nos jours où les pays arabes oscillent entre bouleversements politiques et luttes pour la liberté, les sons et les voix de ce monde en ébullition s'épanouissent en formant avec les autres cultures un voisinage familier et fécond.
    Cet ouvrage, exploration de formes musicales traditionnelles et modernes, mystiques et profanes, populaires et savantes, est un manifeste pour la sauvegarde d'un patrimoine culturel aujourd'hui en danger, en même temps qu'un témoignage de l'exceptionnelle vitalité de la création musicale contemporaine dans le monde arabe.

    Catalogue de l'exposition à la Philharmonie de Paris.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • La rue d'al-Nahhasin n'était pas une rue calme... La harangue des camelots, le marchandage des clients, les invocations des illuminés de passage, les plaisanteries des chalands s'y fondaient en un concert de voix pointues... Les questions les plus privées en pénétraient les moindres recoins, s'élevaient jusqu'à ses minarets... Pourtant, une clameur soudaine s'éleva, d'abord lointaine, comme le mugissement des vagues, elle commença à s'enfler, s'amplifier, jusqu'à ressembler à la plainte sibilante du vent... Elle semblait étrange, insolite même dans cette rue criante...
    Naguib Mahfouz C'est ici, dans les rues du Caire, que Naguib Mahfouz le «Zola du Nil», a promené son miroir et capté toutes le facettes d'une société égyptienne en pleine évolution.
    Naguib Mahfouz est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de Littérature.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
empty